• ont participé aux projets de l’agence depuis 2006
  • Claire SARAZIN
  • Victor BOURNIQUEL
  • Léonor CHABASON
  • Jean BROUZES
  • Pomme DELEPINE
  • Marie ABRIBAT ABERKI
  • Margot NEVOT
  • Nina MONDRZAK
  • Estelle POISSON
  • Pierre BADAUT HAUSSMANN
  • Chloé DE SALINS
  • Nathalie NOYE
  • Hélène SUIRE
  • Julia MOREL
  • Nicolas MITZALIS
  • Loic ZANIN
  • Romain MULLER
  • Delphine ISART
  • elsa neufville - architecte du patrimoine
  • Associée fondatrice
  • née en 1976
  • Architecte D.P.L.G. en 2001
  • a travaillé pour les agences d'architecture SANTIAGO CALATRAVA, ARCHITECTURE STUDIO,
  • et SHIGERU BAN ARCHITECTS EUROPE
  • co-gérante de Neufville-Gayet Architectes depuis 2011
  • diplômée en 2012 de l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée :
  • "Maitrise d'Ouvrage et Maitrise d'Oeuvre de la qualité environnementale"
  • diplômée en 2016 de l'Ecole des Hautes Etudes de Chaillot :
  • Obtention du Diplôme de Spécialisation et d'Approfondissement (DSA), mention "architecture et patrimoine"
  • erwan gayet
  • Associé fondateur
  • né en 1974
  • Architecte D.P.L.G. en 2000
  • exerce en profession libérale depuis 2001
  • enseigne depuis 2006 à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Paris La Villette (UP6) :
  • cours de structure appliquée à l'architecture en 1er cycle
  • co-gérant de Neufville-Gayet Architectes depuis 2011
  • nouvelle adresse agence
  • 78 rue de la folie regnault
  • 75011 paris
  • siège social
  • 7b impasse de mont-louis
  • 75011 paris
  • +33 (0) 9 52 13 36 56
  • agence@neufville-gayet.com

RLH1

RLH1 – REINVENTER LE HAVRE – RESTRUCTURATION DE L’ANCIEN HOPITAL FLAUBERT EN RESIDENCE ETUDIANTE – inscrit MH

AVENUE RENÉ COTY – LE HAVRE

concepteurs Neufville-Gayet Architectes + AREP + Djuric Tardio Architectes + Parc Architectes + Praxys paysage
opérateurs Nexity Normandie + Aegide Domitys
exploitants Le Fort! + Accor Greet + Cuisine Mode d’Emploi + Office Santé + Bulles de Vie + Suit’Etudes
investisseurs EDF + Saint-Gobain
surface 6500 m2 sdp
coût 9,8 M€ HT
date novembre 2019
mission concours 2019

 
TROIS COURS CONFORTABLES ÉCHELONNÉES DANS LA PENTE

Le projet dessine une rencontre urbaine. Il est le résultat d’une recherche de la juste urbanité à installer entre la ville basse faite de rues et d’îlots et la ville de la costière plus piétonne, apaisée, au sentiment de nature présent. Trois cours piétonnes actives et habitées structurent cette transition par une évocation du passage parisien.
Les deux cours basses sont accessibles au public et contribuent à l’animation de la vie du quartier : le café de la gare, la salle d’exposition du Fort, la cuisine d’apprentissage, l’hôtel, sont visibles et peuvent s’approprier l’espace extérieur. Leur caractère est urbain à dominante minérale pour permettre ces usages citadins. De grands arbres participent au confort piéton, de même que de grands bancs à partager, installant des
situations de convivialité et de rencontre.
La cour haute est un grand verger de pommiers et poiriers. Elle est accessible aux résidents qui s’approprient la vaste pelouse partagée à l’ombre des fruitiers. Cette pelouse est en pente à la manière des places italiennes ou de la place Beaubourg à Paris et propose de sortir légèrement de l’ordinaire horizontalité de la ville pour devenir un lieu de jeux informels et d’usages à inventer.
Les cours et les bâtiments sont liés par une grande diagonale : c’est une percée visuelle continue faite de larges escaliers. Elle contribue à l’ouverture du projet sur la ville en permettant de voir les trois cours et la Costière depuis la rue Flaubert. Le projet est ainsi une succession de plans et de terrasses à la fois de dimension urbaine et d’échelle humaine dans la même logique que les façades des bâtiments assis sur les galeries ouvertes en rez-de-cour.
Un grand sol de longues dalles de calcaire clair unifie ces lieux : ce grand tapis minéral se décline en emmarchements et gradins liant les cours entre-elles.
Le jardin de la résidence senior le long est dédié à ce bâtiment. Par sa proximité avec le funiculaire et le grand mur d’enceinte conservé, elle sera peu ensoleillée. C’est un jardin d’ombres et de lumières, fait de fougères et de textures de sous-bois, offrant de petits lieux apaisés autour de bancs de rencontre et de parterres à jardiner.

 
UN PROJET DURABLE

Le projet mets l’accent sur une infiltration locale des eaux de pluie. Les emprises libres hors ouvrages de parkings sont en pleine terre, à dominante végétale et infiltrante. Cette gestion des eaux au sein du projet est mise en scène par des fils d’eaux conduits sur les cheminements.
Le sol de calcaire clair est ombragé par les couronnes des arbres et les galeries des bâtis, et réduit ainsi le risque de création d’îlot de chaleur. Une climatisation naturelle par évaporation des feuillages est favorisée par l’organisation du projet en cour, et participera du confort extérieur comme intérieur de l’ensemble du projet.

 
UN ENTRETIEN MESURÉ

Les essences choisies sont de nature rustique, à l’entretien réduit. Les arbres fruitiers du verger seront tenus par l’association du FORT! qui encadrera les récoltes. Les fruits sont à disposition de cueillette pour les habitants de la cour haute. La grande pelouse sous les fruitiers demandera un entretien extensif et réduit au printemps et en début d’été.

 

plan masse général

 

élévation coupe côté cour d’honneur

 

vue depuis la cour 2 – Djuric Tardio Architectes + Neufville Gayet Architectes

 

 

 

plan rez-de-chaussée et plan étage courant

plan du r+3 et plan de toiture

 

élévation cour d’honneur

 

élévation cour 2


coupe transversale

 

élévation nord

 

élévation générale nord

 

vue aérienne

 

vue cour 1 – Parc Architectes

 

Retour en haut