• nouvelle adresse agence
  • 78 rue de la folie regnault
  • 75011 paris
  • siège social
  • 7b impasse de mont-louis
  • 75011 paris
  • +33 (0) 9 52 13 36 56
  • agence@neufville-gayet.com
  • elsa neufville
  • Associée fondatrice
  • née en 1976
  • Architecte D.P.L.G. en 2001
  • a travaillé pour les agences d'architecture SANTIAGO CALATRAVA, ARCHITECTURE STUDIO,
  • et SHIGERU BAN ARCHITECTS EUROPE
  • co-gérante de Neufville-Gayet Architectes depuis 2011
  • diplômée en 2012 de l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée :
  • "Maitrise d'Ouvrage et Maitrise d'Oeuvre de la qualité environnementale"
  • formation continue diplômante de 160 heures
  • erwan gayet
  • Associé fondateur
  • né en 1974
  • Architecte D.P.L.G. en 2000
  • exerce en profession libérale depuis 2001
  • enseigne depuis 2006 à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Paris La Villette (UP6) :
  • cours de structure appliquée à l'architecture en 1er cycle
  • co-gérant de Neufville-Gayet Architectes depuis 2011

REHA2

« LOGEMENTS SOCIAUX EN ATTIQUE D’UN IMMEUBLE HAUSSMANNIEN »
APPEL A PROPOSITIONS PUCA REHA 2 – PROGRAMME Requalification à haute performance énergétique de l’habitat
PROJET LAURÉAT

17, RUE SAINT VINCENT DE PAUL – PARIS 10

moa PUCA – Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie – Ministère de l’Egalité, des Territoires et du Logement
partenaires CUADRA (mandataire), AB ENVIRONNEMENT, ISOVER et DUMEZ Ile-de-France
surface 1190 m2 sdp
coût 2 170 000 € HT
date juin 2012
avancement concours 2012
 

I – UN NOUVEAU CYCLE DE VIE DU BÂTIMENT : Social, Fonctionnel, Environnemental

Afin de valoriser les potentialités de ce site, nous proposons une approche claire et ciblée de l’opération.

La qualité architecturale du bâtiment étudié lié à son urbanisme haussmannien donne à réfléchir d’une nouvelle façon, et impose l’obligation de reconstruire avec et sur un existant. Cette approche liée à la thématique de construire la ville sur la ville a déjà été abordée lors de la session 1 du REHA-PUCA mais également très récemment à travers plusieurs expositions telles que « re architecture » du Pavillon de l’Arsenal ;

Ainsi nous avons pensé notre projet et ses différents scénarios dans cette thématique du renouveau. Ou comment réutiliser les qualités techniques et architecturales existantes afin d’apporter une diversité des typologies et des fonctions dans l’habitat haussmannien ? Comment répartir de nouveaux espaces partagés dans un urbanisme hiérarchisé et sauvegardé ?

Nous souhaitions avant tout redonner un « nouveau cycle de vie » à ce bâtiment, d’un point de vue technique, fonctionnel et social.
De ce fait nous avons travaillé sur l’existant par ajouts et surélévations, en limitant au minimum les déconstructions. Nous avons réinterprété et réutilisé des éléments systématiques de la construction haussmannienne afin de moderniser, de mettre aux normes et de sécuriser l’ensemble des logements.
Enfin grâce à une vision résolument contemporaine, nous proposons une relecture des cours communes et des toitures parisiennes afin de réinventer et réinvestir ces espaces partagés pour une appropriation par l’ensemble de ses occupants mais également à travers une mutualisation de ces futurs espaces de vie à l’échelle de l’îlot haussmannien.

reha2-organisation sociale XIXe

 

II – SCENARIO DE REQUALIFICATION

La conservation d’une façade sur rue protégée, s’appuyer sur les potentialités de l’existant :
– Vu les potentialités de ce site, et dans le cadre d’une démarche en développement durable, nous proposons une intervention limitant au minimum les déconstructions pour travailler sur l’existant par ajouts et surélévations.
– Sachant que les déconstructions sont onéreuses et sources de nuisances pour le voisinage, ainsi que génératrice de gravois à évacuer (transports en ville polluants et consommateur d’énergie). Nous avons choisis de cibler les interventions contemporaines afin de maintenir les richesses des modénatures de la façade rue caractéristique du style haussmannien. Celle-ci, basée sur un savoir-faire de maçonnerie en pierre, pérenne et robuste, permet aujourd’hui d’intervenir sur ce patrimoine pour le faire évoluer par des surélévations et additions vers une nouvelle typologie de logements.

« construire la Ville sur la Ville » :
– Notre ambition est de revitaliser ce site, en réinterprétant l’imaginaire des toits parisiens, végétaliser le cœur d’îlot, et en diversifiant l’offre de logements.
– Il nous a semblé plus intéressant de travailler en filière sèche, en mettant en œuvre des structures légères poteaux-poutres et des façades en panneaux bois sur ITE.
– Nous nous sommes naturellement tournés vers la structure bois, ou des ossatures mixtes béton/bois qui présentent l’avantage d’interventions, rapides à monter, légères et performantes en terme d’environnement (stockage de CO2).

 

UNE NOUVELLE ORGANISATION VERTICALE : MIXITÉ

reha2-nouvelle organisation verticale

 
Bâtiment sur rue :
– Au RDC :
suppression des logements de façon à créer un ensemble de locaux d’activité et de services (locaux poussettes et vélos, local poubelle aux normes).
– A R+1 :
espace dédié à des locaux d’activité ou bureaux.
– En étage courant du R+2 au R+5 inclus :
logements accessibles aux personnes à mobilité réduites,
déplacement du séjour côté ouest en liaison directe avec la cuisine,
ajouts d’une ossature indépendante côté jardin pour création de terrasses,
séjour attenant à un espace extérieur pouvant servir de salle à manger d’été.
– R+6 et R+7 :
surélévation en structure mixte béton et façade bois (3ème famille B) pour logements étudiants de 12 m2 à 30 m2 (binômes et couples),
logements accessibles aux PMR grâce à l’implantation d’un ascenseur de type 2 (dimension cabine 1,40m x 1,10m),
cette surélévation dispose de ses propres circulations et accès direct depuis la prolongation de la cage d’escalier existante.
– Toiture terrasse :
accessible aux PMR et végétalisées,
mise en place de services, équipement sportif, ou zone de convivialité.

 

UNE NOUVELLE ORGANISATION VERTICALE : DIVERSITÉ

reha2-diversite

Bâtiment en retour sur cour :
– Au RDC :
suppression des logements de façon à créer un local d’activité,
agrandissement de l’accès au sous-sol et aux locaux techniques.
– Au R+1 et R+4 :
privatisation de l’escalier de service pour la création de logements T3 en duplex.
– Au R+1, R+3 et R+4 :
création d’une terrasse, pour transformer des séjours en espace de vie durant les jours chauds, tout en permettant un confort climatique aux logements inférieurs.
– Toiture terrasse :
non-accessible.
mise en place de capteurs solaires orientés plein Sud.

 

UNE NOUVELLE ORGANISATION HORIZONTALE : TYPOLOGIE

reha2-typologie

 

III – URBANITE & PAYSAGE :

Le projet répond à un double objectif, afin de préserver son caractère urbain :
– La surélévation projetée se développe côté cour après l’ancienne ligne de faitage. Depuis la rue, aucune modification n’est perceptible et l’alignement des toits souhaité dans le cône des hauteurs du PLU est respecté.
– L’organisation en petits plots des chambres d’étudiants des niveaux R+6 et R+7 allège et anime l’attique.

L’affirmation de la démarche environnementale :
– L’apport du matériau bois, les capteurs solaires orientés plein sud, les terrasses et balcons végétalisées.
– A la place de la cour maçonnée, création d’un jardin de plein pied et en pleine terre,
– Végétalisation des balcons/terrasses par un système bac à fleur de 70cms de hauteur par 40cms de largeur et faisant office de garde-corps.
– Continuité des végétaux jusqu’en toiture terrasse qui culmine au milieu des toitures en zinc parisiennes.

L’intégration dans le quartier d’une dimension sociale et économique :
– En retrouvant des commerces, activités et services au RDC qui valorisent et font le lien avec l’espace public.
– En implantant des locaux d’activités au cœur de la parcelle.

 

UNE NOUVELLE ORGANISATION HORIZONTALE : INVERSION

reha2-nouvelle organisation horizontale

 

Aménagement de la cour en jardin :
– Opportunité de développer un jardin en cœur d’îlot comme facteur de lien social et « relais écologique ». Le site se situe dans un îlot typique parisien constitué d’une succession de parcelle haussmannienne avec cour pavée sur pleine terre. La démolition des appentis et des revêtements de sol, la diminution ou l’ouverture partielle des murs mitoyens dégagerait un vaste espace central, aujourd’hui inexploité, qui pourrait servir de relais dans ce contexte.
– Dans cette même logique de développement durable, la création d’un jardin ouvert aux résidents et aux visiteurs est susceptible de développer un espace de réunion et d’échange ; tantôt parvis ponctué de bancs pour les nouveaux locaux d’activités ou de services, tantôt bandes plantées entre les bâtiments ou encore pergolas.
– Par ailleurs, la mise en place du nouveau système de traitement de recyclage des eaux pluviales, y compris des toitures végétalisées, offre aussi une façon d’impliquer les habitants.

 

Des toits terrasses plantés :
– Suivant leurs usages et les contraintes structurelles, les toitures supportent des jardins suspendus qui limitent le ruissellement tout en favorisant l’isolation des bâtiments. A minima, lorsqu’elles sont peu visibles et inaccessibles, elles sont composées de sédum et de mousses avec un substrat très fin. Le système constructif intègre alors la surcharge liée à l’épaisseur de terre végétale plus importante et les contraintes d’accessibilité (niveaux et protections adaptés).
– Récupération des EP pour arrosage du jardin,
– Tamponnage des pluies d’orage grâce aux terrasses végétalisées, qui apporte d’autre part une bonne inertie thermique et une excellente protection à l’échauffement solaire des terrasses

 

UNE NOUVELLE ORGANISATION HORIZONTALE : VÉGÉTALISATION

reha2-vegetalisation

 

IV – METHODOLOGIE

Méthodologie de transformation :
– L’ambition du projet est de restructurer et de diversifier les logements tout en mettant tout en œuvre pour une accessibilité aux personnes handicapées et une mise en sécurité des parties communes.
– Cette volonté nous a conduit à viser une mise en sécurité des cages d’escalier en intégrant une conformité de type « escalier encloisonné ».
– Pour cela nous avons disposé le nouvel ascenseur dans la trémie naturelle fournie par la courette et distribué l’accès aux logements par les anciennes entrées majestueuses des appartements. L’ancienne porte d’accès aux logements étant transformée en accès CF à l’escalier existant conservé.
– Pour l’ensemble des logements, il a été prévu des accès spécifiques qui répondent aux exigences actuelles en termes de sécurité et d’accessibilité.

 

UNE NOUVELLE ORGANISATION HORIZONTALE

reha2-etage courant

 

Enchainement des tâches pour la transformation :
1. Construction de l’ossature des balcons/terrasses sur cour par un système construction mixte béton bois, désolidarisé de la façade et entièrement fini. (Utilisation comme échafaudage durant chantier)
2. Création de la trémie dans le plancher R+6 et pose de la volée d’escalier
3. Démolition toiture
4. Construction plancher R+7 et toiture terrasse
5. Construction charpente bois et toiture zinc + étanchéité
6. Création des colonne EV EU + alimentations + VMC
7. Création trémie et pose volée accès R+6 de l’escalier principal
8. Réaménagement nouveaux logements + cloisonnements
9. Création ascenseur
10. Ravalements
11. Isolation extérieure + bardage
12. Finitions appartements

UNE NOUVELLE ORGANISATION : RATIONALISATION

reha2-methodologie

 

V – PERFORMANCES ENERGETIQUES ET GAINS ATTENDUS AU REGARD DE LA SITUATION INITIALE

Objectif :
– Le niveau de performance énergétique pour l’ensemble de l’opération sera le label BBC Effinergie rénovation et le plan CLIMAT de Ville de PARIS soit un Cep ≤ 80 kWhep/m2/an.
– Une surélévation en extension serait envisagée au dernier niveau avec la création de logements en duplex. La surface de celle-ci inférieure à 150m2 et à 30% de la surface globale (SHONrt) conduit à son intégration dans le bâtiment et une seule entité pour la demande de label. Cette extension respectera en outre les exigences des caractéristiques minimales de la RT pour les constructions neuves.

Les caractéristiques principales seraient :
Réhabilitation de logements avec surélévation

 

VI – SYSTEMATISATION

Notre démarche, basée sur une approche ciblée, transversale et pluridisciplinaire, illustre la possibilité de densifier un site en zone urbaine en s’appuyant sur les ressources propres du site :
– en limitant les coûteuses déconstructions,
– en mettant en œuvre des procédés constructifs simples et innovants,
– en valorisant les surfaces mal exploitées, tant au sol, qu’en terrasse et en toiture, pour offrir de nouveaux services ou produire de l’énergie,
– en rétablissant des espaces à caractère naturel, perméable et propice au développement de la mutualisation et de la biodiversité,
– en favorisant la diversité intergénérationnelle ainsi que l’intégration de services divers dans le logement social.

Cette valorisation et approche ciblée permet d’amortir ou de réduire les coûts d’investissement nécessaires à l’isolation et à l’amélioration des performances énergétiques de ces immeubles pour répondre au Plan Climat et exigences du Grenelle de l’environnement.
Cette démarche est reproductible, dans la mesure où elle est partagée par tous les acteurs de l’acte de construire réunit autour du projet, dans un esprit de partenariat, ainsi que pour les habitants qui seront consultés et tenus informés à tous les stades de l’opération.
 
Elle est applicable sur des opérations de taille comparable, fréquentes des immeubles de logements construits sous Haussmann et jusqu’aux années 1910/1920, organisées sur les bases des théories hygiénistes et de l’esthétique du rationnel :
– immeuble de rapport,
– hiérarchisation des logements,
– grands appartements dans les étages courant et chambres de services sous les combles,
– répartition des circulations verticales en deux escaliers, un principal et un de service.
Ces opérations sont souvent très bien construites, pérennes et bien habitées. Leur système constructif de type maçonnerie pierre et plancher métal ou bois permette de les faire supporter facilement surélévations et réhabilitation.

Les espaces libres (cour, courette) agrémentés d’appentis au fil du temps, permettent en cas de démolition (dé-densification du cœur d’îlot indispensable pour la création de surélévation) la mise en œuvre de jardin, facteur premier de développement durable et de sociabilité.
Les quelques exemples situés dans le même îlot présentent des similitudes ou nos scénarios proposés sont reproductibles.
 
reha2_maquette
 

Retour en haut